Marie-Christine Blandin « Les impensés des politiques de santé »

Marie-Christine Blandin « Les impensés des politiques de santé »
Répondant : Francis Meilliez
Ministère, budget, établissements, prises en charge, professionnels, brevets, innovations… : arbitrages publics et investissements privés en matière de santé se focalisent sur les soins. Tout au plus évoque-t-on la prévention, souvent confondue avec le dépistage précoce ou quelques messages édifiants - méfaits du tabagisme, de l’alcoolisme. La précaution qui fait envisager l’improbable est rarement d’actualité : les lanceurs d'alerte n'ont pas la côte et l’absence de masques lors de l’irruption du coronavirus a mis en évidence le manque de vigilance sur la prospective.
La santé est pourtant un patrimoine préservé ou altéré par une infinité de conditions externes sur lesquelles l’individu, mais aussi la société, peut agir : ce que nous mangeons et respirons pèse sur notre santé ; la façon dont nous habitons la ville, la campagne façonnent l’environnement qui façonne notre corps à son tour. Ce que nous pensons, par conviction religieuse, par enthousiasme pour l’innovation, ou par approche sensible de la nature oriente les stratégies locales et globales de satisfaction de nos besoins. L’exploitation des ressources, chère au souci de compétitivité des États, et au CAC 40, s’est étendue sans conscience de notre profonde dépendance des cycles naturels, des écosystèmes et des autres êtres vivants. La santé des 7,7 milliards d’êtres humains s’en trouve aujourd’hui fragilisée par un faisceau de dangers : les contaminants, les pénuries, les désordres climatiques, les pandémies issues de zoonoses.

Events

Similar events