Le jeu de Bourle

Le sport local par excellence

Le jeu de bourle peut être considéré comme le sport local par excellence. S’il fallait s’en convaincre, il suffirait d’assister à l’une des nombreuses compétitions ou à un entraînement de jeunes dans le cadre de leur scolarité. Ainsi, la bourle peut être qualifiée de jeu traditionnel et fait partie du patrimoine vivant de la ville.

Le jeu de bourle est pratiqué en Flandre belge et française, dans le secteur de Tourcoing, Roubaix et environs, ainsi que dans la province du Hainaut. Wattrelos compte aujourd’hui 7 bourloires dont deux sont inscrites à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Certes, le nombre de bourloires a considérablement diminué, mais le jeu continue de passionner et Wattrelos est au premier rang pour ce divertissement.

Un petit peu d’histoire…

L’origine du jeu de bourle n’est pas définie. Il est probable qu’elle remonterait à la « bourle plate » citée par Rabelais. Le plus ancien document actuellement recensé relatant la pratique du jeu de bourle est un extrait des bans échevinaux de Lille daté du 4 août 1382 interdisant la pratique du jeu de bourle sur la voie publique sous peine d’une amende de 60 sols. Pour certains, le jeu daterait du début du XVIIe siècle, lors des travaux de canalisation de la Loire en Anjou, où de nombreux Flamands travaillaient. Pour occuper leurs moments de loisirs, ils lançaient des billes de bois dans des tranchées creusées. Pour d’autres, le jeu fut amené d’Anjou par les Flamands qui y jouaient dans les cales des voiliers.

Le mot « bourle » s’est substitué à celui de « carolet » dès le début du XIXe siècle. À cette époque, avec 200 bourloires, Wattrelos était considérée comme un haut lieu de la bourle. Le terme « bourler » est très ancien et signifie en patois picard « tituber et tomber ».

La bourloire

Le jeu de bourle se pratique dans une bourloire, installée le plus souvent à l’arrière d’un café. Jadis en plein air, aujourd’hui elles sont pratiquement toutes couvertes.

Le jeu de bourle est constitué de plusieurs éléments. À Wattrelos, le jeu se pratique avec une grosse bourle. Fabriquée en bois de gaïac, bois très dense provenant d’Amérique Latine, ou en québracho, son poids varie entre 4,5 et 9 kilos. Plus récemment, la fabrication de bourle se fait dans un matériau plus moderne, le canévasite (résine de synthèse) afin de préserver sa longévité. En forme de roue de 25 à 27 cm de diamètre sur 10 cm de large et reconnaissable au numéro inscrit dessus, la bourle est dissymétrique avec un côté plus biseauté. Ceci permet de la faire zigzaguer plus facilement entre les autres bourles arrêtées sur la piste.

La piste, d’une vingtaine de mètres de long sur une largeur d’environ 3 mètres, est incurvée en son centre créant un dénivelé de 10 à 15 cm entre le milieu et les bords. La piste est terminée aux extrémités par un fossé (appelé aussi « tchu ») servant à recueillir les bourles mises hors-jeu. À environ 1,50 mètre de chaque extrémité de la piste se trouve l’étaque, pièce métallique enfoncée au ras du sol, servant de cochonnet fixe. Les plus anciennes pistes sont faites de terre avec un ajout de bouse de vache, de sable, de sel et de bière. Les plus récentes sont recouvertes d’un revêtement synthétique.

Le jeu

Deux équipes composées de 2 à 6 joueurs sont constituées d’un commandant, de pointeurs et de frappeurs. Un match amical se joue en 6 ou 8 points.

Le but est de placer ses bourles le plus près de l’étaque matérialisée par une pièce métallique incrustée aux extrémités de la piste. L’équipe gagnant le tirage au sort a le droit de choisir sa couleur et de débuter la rencontre. Pour lancer sa bourle, il faut la prendre dans la main droite (la main gauche pour les gauchers), paume vers le haut, la main gauche servira de guide, puis avancer légèrement le pied gauche, se mettre à semi fléchi, puis faire rouler la bourle délicatement tout droit ou à droite ou à gauche pour lui donner la possibilité de zigzaguer.

Les pointeurs de la première équipe placent une partie de leurs bourles le plus proche de l’étaque à l’autre extrémité de la piste. Les coéquipiers essayeront ensuite de placer d’autres bourles tout au long de la piste afin de constituer des obstacles « heillis » pour bloquer leurs adversaires.

L’autre équipe joue une fois que la première équipe a lancé toutes ses bourles. Ces derniers à leur tour essayeront de faire « Jo », c’est-à-dire de prendre le point en contournant les obstacles grâce aux « rives » ou pentes de la piste et du « fort » de la bourle (côté le plus biseauté de la bourle permettant d’avoir une trajectoire modifiée) pour s’approcher de l’étaque. Si la piste est encombrée, les « butcheux » (les frappeurs) essayeront d’enlever avec forces les bourles gênantes, laissant ainsi l’accès à l’étaque. Un point est attribué à chacune des bourles de la même équipe se trouvant le plus près de l’étaque.

Maintenant à vous de jouer

Notre animateur, "professionnel de la bourle", vous propose de découvrir l'histoire et la technique de ce jeu durant une initiation. Il vous expliquera que lancer la bourle au plus près de l'étaque demande adresse et patience.

Durée : 1 heure

Lieu : Maison des Jeux de Tradition, au Parc du Lion, entrée rue Jean Castel à Wattrelos

Publics concernés : public adulte et public scolaire

Tarif (pour un groupe de 30 personnes maximum) : 70€ du mardi au vendredi, 80€ le samedi, gratuit pour les groupes scolaires de Wattrelos