Eglise Ste Thérèse

  • photo1
  • photo2
  • photo3
  • photo4
  • tn photo 124
img0123-0579 copieL'église Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus est l'une des plus belles églises de l'entre-deux-geurres de la Métropole Lilloise. Construite par Charles Bourgeois de 1927 à 1929, elle présente une architecture à la fois traditionnelle dans ses grandes lignes, mais résolument moderne par ses éléments décoratifs style Art Déco. 
 
 
 
 
Charles BOURGEOIS, architecte tourquennois, suit d’abord les cours d’architecture de son père, Jules BOURGEOIS, à l’Ecole des Beaux-Arts de Tourcoing. A 20 ans, il part pour l’école Saint-Luc de Gand. Il y emporte tous les prix d’architecture, y compris la médaille de l’élève le plus méritant. Il poursuivra sa formation aurpès d'architectes comme Paul HANKAR ou Victor HORTA,tous deux éminents représentants de l’Art Nouveau dans la capitale belge.  Très productif, il a réalisé de nombreux édifices (églises, maisons bourgeoises, hôtels particuliers, magasins, immeubles de bureaux, maisons ouvrières, monuments funéraires…) dans le style Art Nouveau puis Art Déco, en particulier à Tourcoing et plus largement dans la région lilloise.
 
 
 
La construction de l’église Sainte-Thérèse est lancée par la pose de la première pierre le 16 mai 1927. Deux années plus tard, en 1929, la construction prend fin et l'église fut ouverte au culte le 5 mai 1929 après la bénédiction de Monseigneur LIENARD, évêque de Lille.
 
 
De nombreux éléments décoratifs de style Art Déco donnent à l'église tout son charme : dtail rose mosaique intrieur
 
  • La céramique : Sainte-Thérèse comporte plusieurs frises décoratives réalisées en céramique grès grand feu, comme celles de la façade et celles présentes à l'intérieur de l'édifice. Ces éléments en céramique sont composés de roses de différentes couleurs, rappelant Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus. 

 

 

  • ange pilierLa sculpture moulée : Plusieurs éléments, répartis à l'extérieur et à l'intérieur de l'église, composent un ensemble de sculptures. Ces dernières ont été réalisées dans du ciment d'après des moules, préparé par le sculpteur Jules CLAMIGIRAND (1870-1937). Vous n'aurez qu'à lever les yeux pour observer les sculptures présentes sur la façade, sur les piliers de la nef où vous pourrez admirer des séraphins. 

 

 

 

  • dtail visage - vitrail ange 2Les vitraux : Les verrières de l'église ont été réalisées lors de deux campagnes, menées entre 1930 et 1936, puis de 1947 à 1964. Malgré deux périodes de réalisation, les vitraux présentent une grande homogénéité. Celle-ci est due au respect des caractéristiques stylistes et iconographies mises en place par « David et Lesage » lors de la seconde campagne. Ainsi les vitraux sont typiquement « Art Déco », mouvement à la mode à la période de construction de l'église, s'intégrant ainsi parfaitement à l'architecture de l'église. Les vitraux présentent la vie de Thérèse de l'Enfant-Jésus, ainsi que des saints l'ayant influencé dans sa vocation. 

 

 

 

  • dtail jsus portant sa croix - casque mineurLes peintures du chemin de croix : Ce chemin de croix a été réalisé par le peintre Lucien JONAS. Ce dernier, né dans une famille d'industriels du Nord, est un peintre d'histoire et de genre reconnu, en particulier, pour ses paysages miniers et ses peintures de guerre. Il réalisera également deux billets pour la Banque de France : le 10 francs Mineur et le 20 francs Pêcheur. 

 

Localisation, cliquez ICI

Si vous souhaitez visiter l'église avec un groupe, l'Office de Tourisme peut vous proposer une visite guidée de l'édifice.
En savoir plus