Le Musée des Arts et Traditions Populaires

  • tn photo1
  • tn photo1bis
  • tn photo2
  • tn photo2bis
  • tn photo4
  • tn photo5
  • tn photo5bis

tn_vue du museEntrer dans le Musée des Arts et Traditions Populaires, c’est ouvrir une fenêtre sur une époque révolue. Laissez-vous envahir par ce passé et découvrez la vie de nos aïeux.

 
Installé dans une ancienne ferme traditionnelle picarde à cour centrale de 1890, le musée reconstitue avec minutie les scènes de vie d’autrefois à l’aide de personnages figés dans leur décor.
Aussi, ne soyez pas étonnés de vous retrouver dans une salle de classe de l’entre-deux guerres et en attendant que le tisserand finisse son étoffe et que la fermière prépare le repas, l’estaminet saura désaltérer votre soif d’authenticité.


L'Office de Tourisme peut vous aider à réserver une visite de groupe au musée. En savoir plus

Le Musée des Arts et Traditions Populaires de Wattrelos a été créé dans une ancienne ferme traditionnelle picarde, appelée aussi " cense ". Les différents bâtiments sont reliés entre eux et s'organisent autour d'une grande cour carrée typique. Le musée abrite une grande collection d'objets, disparus de nos jours, mais faisant partie du quotidien il y de cela 150 ans. Loin d'être inertes ces objets sont regroupés dans des saynètes racontant, dans le détail la vie à la maison, au travail ou durant les loisirs au XIXème siècle.

Pour vous donner envie de venir à la rencontre de ces morceaux d'Histoire, voici une petite visite guidée. 

  • La cour : Dans la cour sont exposés les machines agricoles et les objets servant à la ferme ou à l'habitation: déchaumeuse servant à remettre les racines à la surface de la terre avant les labours, meule à eau, plantoir à pomme de terre, lieuse pour fagot de bois, moissonneuse-lieuse, hache-paille, râteau à foin tiré par le cheval et une étonnante collection de lessiveuse, tordeuse, planches à laver et à brosser le linge.

Laiterie

  • La laiterie : Le lait était servi à l'aide de la pinte (mesure). La crème du lait sert à faire le beurre. Pour récupérer la crème, le couloir (du verbe couler) était couvert d'une étoffe et posé sur le bidon.La crème récupérée était mise dans la baratte pour y être battue. Baratte, moule à beurre, panier à œufs, fléau, porte seau, évier en pierre bleue.

 

  • La cuisine de ferme : Cette cuisine est plus grande que la cuisine flamande.CuisineElle est caractérisée par la cheminée avec son chaudron. Les ouvriers de la ferme mangeaient à la même table que les fermiers (le fermier est plus riche que le tisserand). Garde manger, tamis à farine, pétrin, horloge sur pied, de machine à coudre...

  • L'estaminet : 

Estaminet

Dans l'estaminet sont exposés les pompes à bière, le percolateur de 1910, les verres et cuillères à absinthe, bastringue, vaclette (foyer pour allumer les pipes), crachoirs, flipper mural, jackpot (le gain était une boisson gratuite) ; on y trouve aussi le coin des coulonneux et des bourleux. L'épicerie faisait bien souvent partie de l'estaminet. Les marchandises y étaient vendues par petites quantités.

 

 

  • L'atelier du tisserand : 

Atelier du tisserand

Dans cette partie se trouvait à l'époque l'écurie de la ferme. Aujourd'hui y est exposé le métier à tisser appelé " otil ". L'activité des Wattrelosiens était l'agriculture la journée et souvent le tissage le soir. Il pouvait y avoir plusieurs métiers à tisser dans la maison (dans la cuisine ou la salle à manger). Navette de fil, rouet ou dévidoir, divers accessoires pour préparer le fil. Le bobinoir à domicile était utilisé par la femme pendant que l'homme travaillait sur le métier à tisser. Un support servait à mettre des rondelles de bois et permettait à la dame de totaliser les bobines de fil. Cela évitait de vider les cartons lorsque l'on s'était arrêté au milieu du travail.

tn_eric demey - matp 7

  • La salle de classe Plumiers, encriers, ardoises, bouliers, chaque semaine, un élève était désigné pour s'occuper du feu ou remplir les encriers. Ce type de classe existait encore dans les années 1944/1945. Les plus jeunes pourront découvrir la salle de classe qu'on connut leurs grands-parents. 

 

Imprimerie

 
  • L'imprimerie : La presse date de la fin du XIXème siècle. Les lettres en plomb sont classées dans des cases dont la taille varie suivant leur fréquence d'utilisation. La case qui renferme les "e" est plus importante que celle des "k".

 

  • Le combat de coqs : 

Combat de coqs

L'arène s'appelle le " gallodrome ". Les coqs de combat sont munis d'ergots en acier et ces combats se terminent toujours par une issue fatale pour le perdant. Ce genre de " compétition " est, de nos jours encore, tolérée en France sur une fine bande frontalière au nom de la tradition régionale. Cette pratique est interdite en Belgique. Les amateurs viennent en voisin faire combattre leurs gladiateurs à plumes. Des paris plus ou moins importants sont engagés sur les coqs.

 

Bien d'autres découvertes vous attendent au Musée des Arts et Traditions Populaires de Wattrelos, comme par exemple la douane et ses fraudeurs ou l'espace dédié à la brasserie Terken

 

Contact :

Musée des Arts et Traditions Populaires, 96 rue François-Mériaux à Wattrelos.
Téléphone : +33(0)3.20.81.59.50.
Horaires d'ouverture : 
Ouvert du mardi au samedi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h et le dimanche de 15h à 18h. Fermé les lundis et jours féries
Entrée gratuite - visites guidées pour les groupes sur rendez-vous - En savoir plus

Situer le Musée sur le plan de Wattrelos